account_circle Espace apprenant

actualités

SECOURS 60 : Une collecte de dons pour acquérir une nouvelle ambulance

Salvum, start-up de l’économie sociale et solidaire accompagne les acteurs locaux du monde des secours

Implantée dans l’Oise à Crépy-en-Valois, l’association Secours 60 collecte des dons pour se doter d’une nouvelle ambulance et assurer ses missions de secours dans des conditions optimales.

« L’objectif est d’atteindre un budget entre 50 et 60 000 € », assure Ludovic Hardy, le président de Secours 60, une association agrée par la Sécurité Civile (AASC) qu’il a fondée en 2014, dans l’Oise. Cette coquette somme, lui et la quinzaine de bénévoles actifs de l’association en ont besoin pour acquérir une nouvelle ambulance. En effet, celle dont ils se servaient auparavant pour assurer les 150 Dispositifs prévisionnels de secours (DPS) annuels, est totalement hors-service. « On ne peut plus rouler avec », souligne le président. Crise sanitaire oblige, de nombreux évènements sportifs et culturels qui avaient fait appel à Secours 60 pour assurer la sécurité, ont été contraints d’annuler. Une actualité impactant financièrement l’association qui a dû se tourner vers la générosité de tous. « Lors du premier confinement nous avons lancé une cagnotte », souligne le président. 4700 € ont d’ores-et-déjà été récoltés auxquels s’ajoutent les 20 000 € que l’association a pu sortir en fonds propres. Mais l’objectif est encore loin d’être atteint.

Pérenniser les missions de secours

Ce nouvel achat est primordial pour cette petite association. La nouvelle ambulance permettra d’assurer la prise en charge des victimes depuis le lieu de l’incident et de l’acheminer jusqu’à l’hôpital le plus proche. « C’est une convention tripartite que nous menons avec le SDIS (Service d’incendie et de secours) et le SAMU », indique Ludovic Hardy qui espère pouvoir redéployer des DPS rapidement.

Durant ce deuxième confinement national, l’association oisienne a été sollicitée pour réaliser des prélèvements au cœur de l’aéroport de Beauvais. « J’ai refusé d’engager des bénévoles dans cette action-là. Ce n’est pas forcément notre place. D’après moi, ce type d’action relève du service public. Nous aurions eu davantage un rôle à jouer en arrière base, en nous rendant chez les gens, mais on ne nous accorde pas ces missions de réseaux de secours. Cela démontre une grande désorganisation de la part de l’Etat », fustige Ludovic Hardy.

Pour faire un don, rendez-vous sur le site internet de Secours 60 ou sur leur page Facebook.