account_circle Espace apprenant

Gestes qui sauvent

Que faire en cas d’AVC ?

Parce qu’il suffit de peu pour sauver une vie, Salvum vous explique comment reconnaître les symptômes d’un Accident vasculaire cérébral (AVC) et la conduite à tenir

Chaque année en France, 140 000 personnes sont victimes d’un AVC. Lorsqu’une personne fait un AVC, une course contre la montre est alors lancée. En effet, il est capital d’agir vite car une prise en charge rapide permet de réduire la mortalité de 30 % et de limiter la gravité des lésions. C’est pourquoi, la connaissance des gestes qui sauvent est primordiale.

A savoir : L’AVC est la première cause de handicap chez l’adulte et la troisième cause de mortalité.

Qu’est-ce que l’accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Un accident vasculaire cérébral appelé également « attaque cérébrale », est une perte soudaine d’une ou plusieurs fonctions du cerveau. Il existe deux types d’AVC : des AVC ischémique et des AVC hémorragiques.

L’AVC ischémique est une obstruction d’une artère cérébrale par une plaque d’athérome (thrombose cérébrale) ou un caillot de sang venu obstruer l’artère. Cette cause est la plus fréquente et jouit de traitements très efficaces s’ils sont administrés précocement (2 à 3 heures après le début des signes).

L’AVC hémorragique est provoqué par la rupture d’un vaisseau sanguin (victime hypertendue) ou d’une malformation vasculaire (anévrisme par exemple).

On parle d’accident ischémique transitoire (AIT) lorsque l’obstruction de l’artère cérébrale se résorbe toute seule avec une disparition plus ou moins rapide des signes en fonction de la durée de l’obstruction. Les symptômes sont les mêmes que l’AVC, mais ils durent moins longtemps : de quelques secondes à quelques minutes (jamais plus d’une heure), avant le retour à la normale.

L’AVC est une maladie grave pouvant entraîner la mort de la victime ou bien lui laisser de lourdes séquelles neurologiques.

Comment savoir qu’une personne fait un AVC ?

L’AVC survient soudainement et la plupart du temps on est étonné du changement de comportement de la victime.

Trois signes à identifier :

En effet, une personne est en train de faire un AVC dès lors que sa bouche est déformée (une lèvre est tombante d’un côté), que l’on observe une faiblesse ou un engourdissement d’un ou des deux côtés du corps et une difficulté d’élocution et de compréhension.

Il est très important de rechercher ces trois signes que l’on appelle « FAST » pour « Face, Arm et Speech test ».

Que faire lorsqu’une personne fait un AVC ?

Tout d’abord, observez-bien les différents signes afin de transmettre cela au médecin (15). Allongez soigneusement la victime, couvrez-la et, dans la mesure du possible, notez l’heure de survenue des signes de l’AVC.

Surtout, ne faites pas boire, ni manger, ni donner de médicaments à la victime (même si elle suit habituellement un traitement). Elle va être prise en charge par les médecins qui sauront lui administrer le traitement adéquat.

Prévenez immédiatement les secours et soyez bien précis dans la description des signes que vous avez observés.